L’art du sauna : une puissante technique d’élimination et de revitalisation.

Photo by Estonian Saunas on Unsplash

Le sauna fait partie des techniques d’hydrologie chères aux naturopathes. Il va activer une des fonctions de la peau, la sudation, afin d’éliminer tous les types de déchets du corps : les minéraux usés sous forme de sels, des produits de la dégradation des protéines (urée, acide urique, créatinine), des acides (acide lactique, acides gras), des substances chimiques inorganiques (médicaments, métaux lourds…).

La peau est l’émonctoire préféré du naturopathe car c’est un organe solide qui possède un extraordinaire pouvoir de régénération et elle prend le relai des reins grâce aux glandes sudoripares qui vont éliminer les déchets de type cristalloïdaux (sels, acides) et du foie grâce aux glandes sébacées qui vont éliminer les déchets de type colloïdaux (colles, mucus). La sueur a les mêmes composants toxiques que l’urine. Les reins et le foie, organes plus fragiles et souvent sur-sollicités vont être soulagés.

Le sauna a donc un effet détox sur l’organisme, il favorise la relaxation et le sommeil et, il permet aussi la revitalisation grâce à l’activation des mécanismes glandulaires pour répondre au stress provoqué (mais maîtrisé) par le chaud et le froid. Si l’on respect bien ses limites, cette gymnastique du système glandulaire va renforcer l’organisme (loi de l’hormèse). Si on ne s’écoute pas et que l’on dépasse nos capacités adaptatives propre à chaque personne, alors c’est l’effet inverse qui se produit: on épuise notre organisme.

Cependant, pour bénéficier de tous ces bienfaits, la pratique du sauna doit respecter un protocole strict que je vous explique en détail dans cet article.

Origines du sauna

L’utilisation de l’eau et en particulier des bains chauds ou à vapeur à visé thérapeutique existent depuis l’antiquité et dans tous les continents. Mais le sauna tel qu’on le connait aujourd’hui vient de Finlande. Plus qu’une coutume, c’est une institution nationale. Chaque famille possède un sauna à la maison, au même titre que la salle de bain, et le pratique au moins une fois par semaine. On dénombre 1 sauna pour 4 personnes en Finlande.

« Etre invité à partager un sauna est un honneur. Certes, il vous est toujours possible de décliner l’invitation, mais en ce cas vous devrez avoir une raison vraiment valable ! Prendre un bain de vapeur aux côtés de vos hôtes revient toujours à entrer dans une forme d’intimité avec eux : au sauna, on est nu dans tous les sens du mot, ce qui signifie qu’on n’a plus rien à cacher. C’est peut-être aussi pour cela qu’en Finlande, de nombreuses grandes décisions professionnelles ont vu et voient toujours le jour non pas dans les salles de réunion des entreprises… mais bel et bien dans les saunas. » 

Pratiquer le sauna dans les règles de l’art !

Pour être efficace et sans risque pour la santé, le sauna doit se pratiquer dans une cabine sèche où le taux d’hygrométrie ne dépasse pas les 35% afin de favoriser la sudation. La température du sauna peut alors monter à 90°. Dans ces conditions, on va pouvoir transpirer et c’est l’évaporation de la sueur qui va permettre au corps de conserver une température interne relativement stable et donc de supporter la chaleur.

Pour commencer, il vaut mieux faire une séance de sauna le ventre vide car l’énergie nécessaire à la digestion sera détournée pour la régulation de la température interne.

Le sauna se pratique NU ! Le maillot de bain gêne l’évaporation de la sueur et il sera vite mouillé ce qui augmentera l’hygrométrie de la pièce alors que le sauna doit être le plus sec possible.

Le protocole de sauna se déroule en 4 étapes :

1°) Prendre une douche chaude afin de nettoyer et réchauffer le corps. Le corps doit être chaud avant de rentrer dans le sauna. Assurez-vous d’avoir les extrémités bien chaudes. Vous pouvez aussi, avant la douche, vous frictionner avec une brosse par exemple. Ne vous mouillez pas la tête afin de ne pas rentrer dans le sauna avec les cheveux mouillés. Puis, bien se sécher.

2°) Rentrez dans le sauna le corps chaud et sec avec une serviette sèche pour s’assoir dessus. Le 1er passage ne dure pas plus de 8 à 15 minutes. Evitez de vous allonger. Asseyez-vous si possible avec les pieds au même niveau que les fessiers. C’est le moment de vous détendre. Evitez de parler, de bouger ou de lire mais restez à l’écoute des sensations de votre corps.

Lorsque des gouttes de sueur commencent à perler sur l’ensemble du corps alors il est temps de sortir. Rester plus longtemps serai contre-productif. En effet, le corps, par la transpiration, va éliminer en premier les déchets qui sont en circulation dans nos liquides. Ensuite ce sont les minéraux qui seront éliminés et ce n’est pas l’effet recherché. De plus, lorsque l’on a le corps recouvert de sueur, l’évaporation ne se fait plus, la température interne s’élève, le rythme cardiaque s’accélère et on supporte alors moins bien la chaleur. C’est le signal de la sortie !

Si vous ne transpirez pas et que vous ressentez une surchauffe, que vous devenez rouge, que vous vous sentez mal, il faut sortir !  La condition pour réaliser un sauna est de transpirer. Si ce n’est pas le cas, il faudra envisager en premier lieu de réactiver la fonction sudoripare de l’organisme par des enveloppements chauds aux huiles essentielles ou la pratique régulière d’une activité cardiovasculaire.

Quoi qu’il en soit, un passage au sauna ne doit pas dépasser 15 minutes.

3°) Prendre une douche froide. La température de l’eau doit être ajustée en fonction de votre vitalité et de ce que pouvez supporter. A la fin de la douche, vous devez ressentir une douce sensation de chaleur remonter. Des frissons, la chair de poule ou si vous ne vous réchauffez pas indiquent que vous êtes allé trop loin (trop froid ou trop longtemps).

L’objectif de la douche froide est de faire redescendre la température du corps mais aussi de faire bouger les liquides (sang et lymphe) et d’accentuer l’effet détoxifiant du sauna.

Avec la chaleur du sauna, les liquides sont chassés à la périphérie du corps (effet centrifuge) afin de préserver les organes vitaux au centre à une température de 37°. Les vaisseaux sanguins sont dilatés.

Le froid va au contraire provoquer une vasoconstriction et le sang va affluer vers les organes internes toujours pour les maintenir à bonne température.

Ce va et vient des liquides va permettre d’accentuer la détox puisqu’ils vont passer plusieurs fois par les filtres émonctoires (reins et foie notamment).

Le froid va entrainer une réaction de l’organisme qui va produire de l’énergie pour se réchauffer et va bruler les toxines mises en circulation par le sauna.

4°) Respecter un temps de repos

Après la douche, bien se sécher et s’envelopper dans un peignoir sec. S’allonger si possible et bien se couvrir pour ne pas se refroidir.

La chaleur du sauna et le froid de la douche provoquent un stress pour le corps et nécessite de l’énergie. Un temps de repos doit être au minimum de la même duré que le temps passé dans le sauna ou plus. Ce temps est nécessaire afin de récupérer, de normaliser les fonctions de l’organisme et de permettre aux liquides de se répartir à nouveau uniformément dans tout le corps.

Ce cycle peut être répété 3 fois. Faire un sauna nécessite de prendre du temps, comptez 1h30 à 2h pour un protocole entier. Offrez-vous ce temps pour vous et pour votre santé !

Pourquoi en Finlande on verse de l’eau sur les pierres ?

Que ce soit dans les salles de sport ou même dans les spa les plus chics, on trouve toujours un seau d’eau et une louche pour verser de l’eau sur les pierres volcaniques pour faire monter encore un peu la chaleur. Encore une idée reçue qui n’a aucun sens.

Cette pratique est justifiée dans les pays nordiques où le climat est extrêmement sec. En Finlande la taux d’hygrométrie est souvent nul et n’excède jamais les 2%. Verser une louche d’eau sur les pierres permet d’humidifier légèrement la cabine pour plus de confort notamment au niveau des muqueuses respiratoires. L’objectif est de maintenir généralement une humidité d’à peu près 10% dans la cabine.

En France, lorsque l’hygrométrie est au plus bas, le taux d’humidité est encore à 30%. Rajouter encore de l’humidité n’a donc aucun sens et comme expliqué plus haut cela limite les effets du sauna.

Boire ou ne pas boire ?

Tout dépend de l’objectif et de l’état de forme.

Si vous buvez, l’eau va s’intégrer au sang et c’est cette eau qui sera éliminée par la sudation.

Cela aura pour effet d’épurer le sang. Dans ce cas préférez boire une eau faiblement minéralisée (Mont-Roucous, Rosée de la reine…) et lors du repas précédent le sauna préférez les fruits et légumes.

Boire plus ne signifie pas pour autant que l’on va transpirer plus.

Si vous ne buvez pas, le sang va alors puiser dans les liquides extra-cellulaires et dans la lymphe. Cela permettra un nettoyage plus profond de l’organisme mais cela est plus fatiguant pour le corps et de petites crises curatives peuvent apparaître si le terrain est très chargé en toxines : maux de têtes, courbatures, plaques eczéma, poussée arthritique…

Pour cette pratique il est conseillé, que la personne soit dans le cadre d’une cure de détoxification ou qui ai déjà une bonne hygiène de vie et qui soit habituée à la pratique régulière du sauna.

Les personnes fatiguées, qui ont un sang chargé, une filtration rénale limitée, qui sont sujet aux calculs rénaux ou qui ont un terrain arthritique devront bien boire avant et pendant le sauna.

Pour les personnes qui débutent dans la pratique du sauna, il est conseillé de boire pour d’abord épurer le sang.

Dans tous les cas, parlez-en à votre praticien de santé.

Et le hammam alors ?

Dans le hammam le mécanisme de refroidissement ne peut s’instaurer car l’air saturé en humidité empêche l’évaporation. L’organisme est incapable de réguler sa température interne et c’est la surchauffe. C’est pour cette raison que la température dans un hammam n’excède pas les 50°.

Sauna et hammam sont deux techniques intéressantes mais qui n’ont pas les mêmes objectifs. Au hammam, l’humidité va permettre de ramollir la couche cornée de la peau et de fluidifier les substances grasses de la peau. Les cellules mortes et l’excès de sébum vont pouvoir être facilement éliminé par une friction au gant. La peau est alors nettoyée, elle respire mieux, les pores sont libérés permettant au sébum de mieux s’écouler.

Où pratiquer le sauna dans les règles de l’art ?

Si vous connaissez d’autres lieu où le sauna est pratiqué dans les règles de l’art, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

LA PRATIQUE DU SAUNA COMME DE TOUTES LES TECHNIQUES MISES À DISPOSITION EN NATUROPATHIE DOIT S’INSCRIRE DANS LE CADRE D’UNE HYGIÈNE DE VIE GLOBALE OU L’ALIMENTATION, L’ACTIVITE PHYSIQUE, LE CONTACT AVEC LA NATURE, L’ENSOLEILLEMENT, LE REPOS SONT FONDAMENTALES POUR CONSTRUIRE UNE SANTÉ OPTIMALE.

Maintenant la pratique du saune n’a plus aucun secrets pour vous !

Bon sauna 🙂

1 commentaire »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s